22 mai 2015 – 3ème jour à Corfou – Nous décidons cette fois de commencer notre visite du Nord de l’île, a priori la plus belle et la plus sauvage et nous nous dirigeons en premier lieu vers un des incontournables du tourisme corfiote (avec Corfou ville, Kanoni et l’Achilleion) : le monastère de Paleokastritsa.

Paleokastritsa

Paleokastritsa c’est d’abord une jolie petite station balnéaire, très prisée. Il faut dire que le cadre est plutôt sympa : mer d’un bleu profond, côte au relief escarpée, falaises, plages de sable fin, un grand choix d’hôtels et de restaurants. C’est un peu le top pour séjourner. Par contre, y stationner est difficile, voir impossible (et pourtant il était assez tôt dans la matinée), les places sont rares, les visiteurs nombreux et les bus encore plus. Donc, pas d’arrêt pour nous à Paleokastritsa, que nous avons seulement traverser. D’un autre côté, ce qui nous intéressait, c’était le monastère. Nous avons un peu cherché la route, ce n’est pas très bien indiqué, et nous avons finalement choisi de suivre l’un des bus et hop, directement au monastère ! Finalement, je craignais qu’il n’y ait foule mais non. Il y a du monde évidemment, mais finalement moins qu’à l’Achilleion, et bien réparti dans l’ensemble du grand monastère. On ne se sent pas débordés et on peut profiter pleinement de la beauté des lieux. Façades blanches et ocres, toits rouges, des cours, des passages votés, des escaliers, des fleurs partout, une petite chapelle très belle (par contre, la vieille dame qui vend les cierges à l’entrée m’a passé un savon parce que je l’avais pris en photo !), des icônes un peu partout. Le monastère abrite toujours quelques moines qu’il n’est pas rare de voir discuter avec les visiteurs.

Mais le plus intéressant ce n’est pas le monastère lui-même, mais ce que l’on ne voit pas immédiatement lorsque l’on est à l’intérieur : son cadre. Paleokastritsa est niché sur un promontoire qui surplombe la ville. Dès le parking, la vue sur la côte découpée est splendide. Mais pour profiter du meilleur point de vue, il faut, à la sortie du monastère, emprunter le petit sentier qui conduit jusqu’au rocher d’où l’on a une vue splendide à 180° sur le monastère et une partie de la côte nord-ouest : falaises, rochers attaqués par les vagues, mer aux mille nuances de bleu entre bleu profond et bleu turquoise. Magique.

Angelokastro

Nous poussons notre périple sur la côte Nord Ouest de Corfou un peu plus loin, à quelques kilomètres de Paleokastritsa pour découvrir un nouveau point de vue sur la côte à Angelokastro. Pas de bus cette fois mais une dizaine de voitures occupent le parking au pied de la roche où est installé la forteresse byzantine (XIIIème siècle). Il faut grimper tout là haut, et pour cela, pas d’autre choix que de monter les nombreuses marches (je ne connais pas le nombre de marches, mais mon GPS indique 70m de dénivelé, 15 min de grimpette). La vue du haut des ruines d’Angelokastro se mérite. Il ne reste plus grand chose de l’ancien fort, quelques tours, une église, des remparts. Mais le panorama lui n’a pas changé depuis des siècles.

La matinée se termine, nous déjeunons dans un snack en bord de mer, à Agios Georgios me semble-t-il. Et puis, pour l’après midi, ce sera petite randonnée dans les oliveraies autour d’Agios Stefanos, mais je vous prépare pour bientôt un récapitulatif des 3 randonnées testés dans le secteur Nord Ouest de Corfou.

2 commentaires : “Paleokastritsa & Angelokastro”

  1. Le paradis! Et quelle vue depuis les hauteurs du monastère (enfin, du sentir qui y mène!) Comme quoi s’éloigner des sentiers battus a du bon <3!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.