Mardi 20 mars 2012 – Direction La Désirade

Aujourd’hui, on se rend de bonne heure au port de Saint François pour prendre le bateau en direction de l’île de la Désirade. 30 min de traversée assez calme, je n’ai même pas eu le mal de mer (alors que j’y suis très sensible !). Il faut dire que la vue sur la magnifique Pointe des Chateaux aide à ne pas se focaliser sur les mouvements du bateau.

Nous accostons dans le port de Beauséjour, village principal de l’île. Nous n’avions bien évidemment pas réservé de voitures, étant donné que cette étape s’était décidé en dernière minute. Mais parfois il faut savoir compter sur sa chance. Le dernier loueur du port que nous avons consulté a accepté de nous louer ce que nous soupçonnons être sa voiture perso étant donné l’état dans lequel elle était, bien loin des voitures quasi neuves que l’on rencontre  en général chez les loueurs. C’était la toute dernière voiture disponible ! Les personnes derrière nous n’ont pas eu cette chance, donc si vous comptez visiter la Désirade, pensez à réserver une voiture un peu avant.

La route de la Montagne

Nous faisons le plein de notre véhicule de l’enfer, un Suzuki Jimmy tout cabossé, et nous partons à l’assaut de la route de la Montagne, en direction de l’est de l’île. Premier arrêt à la très jolie chapelle Notre Dame du Calvaire, toute en bleu et blanc (et en cours de peinture le jour où nous sommes passé !).  Et en plus une vue magnifique sur la côte …

 La route se transforme en une piste aussi cabossée que notre voiture, ça tombe bien, au moins nous n’avons pas peur l’abîmer plus qu’elle ne l’est et du coup, nous profitons un max du 4×4 pour s’éclater sur les pistes. Tout là haut, un paysage de rêve s’étend sous nos yeux. La falaise et en dessous les plages et les côtes de la Désirade, le bleu de l’océan.  Mais, malheureusement, comme sur d’autres côtes de Basse Terre, de vilaines algues des Sargasses sont bien présentes sur la côte à cette époque de l’année, et depuis notre point d’observation, nous les voyons bien.

Sur le plateau, un champ d’éoliennes, rabattables en cas de tempêtes, alimente une partie de la Guadeloupe. La route redescend ensuite vers la pointe doublé au Nord Est de l’île.

La Pointe Doublé

En chemin, quelques chèvres nous montrent la bonne direction (La Désirade est l’île des chèvres, il y a même une fête des cabris !).

Tout au bout de l’île, nous arrivons à l’ancienne observatoire météo de la Désirade, aujourd’hui désaffecté. La côte offre un paysage assez dévasté et désertique, on pourrait se croire sur une île déserte, perdus en plein milieu de l’océan.  Seul l’observatoire, et un peu plus loin, le phare de la Pointe Doublé nous rappelle que non, nous sommes sur une île civilisée (et aussi un peu les autres touristes, nous n’étions pas du tout seuls au monde).

La Plage du Souffleur

Nous décidons de remonter depuis la Pointe Doublé vers Beauséjour en empruntant la route côtière cette fois. Nous dépassons Baie Mahault et nous arrêtons un peu plus loin sur l’une des plus belles plages de la Désirade, la plage du Souffleur. Quelques vacanciers se reposent sur le sable blanc à l’ombre des palmiers. Quelques bateaux se balancent en bordure de plage. L’endroit est très calme.

Chemin du Latanier

De retour à Beauséjour, nous remontons de nouveau dans la « montagne », mais cette fois en empruntant la piste qui va vers l’Ouest, le chemin du Latanier. Des chèvres nous accompagnent tout le long de la piste, et nous arrivons à l’autre bout de l’île, l’anse des galets et la Pointe des colibris offrent un paysage totalement différent de la Pointe Doublé. Une croix et un vieux canon qui pointe vers la Pointe des Chateaux sur Grande Terre rappellent les anciens conflits. Un carbet permet de se poser devant le panorama.

La Plage à Fifi

Retour sur Beauséjour par la route côtière pour un déjeuner tardif. C’est au restaurant la Payotte, sur le plage à Fifi, que nous prendrons un déjeuner créole tardif. Peut être pas le meilleur du séjour, un peu cher, mais se poser les pieds dans le sable sous le carbet avec vue sur la mer, ça n’a pas de prix !

Beauséjour

Après ce repas réparateur, nous ramenons notre 4×4 de l’enfer au loueur et décidons de nous promener dans les rues de Beauséjour, désertes. Tout est fermé, il fait très chaud, mais la promenade vaut le coup d’oeil, notamment pour les petites maisons créoles typiques.

La fin d’après-midi arrive rapidement, nous reprenons le bateau navette pour Saint François. Ce fut une très belle journée sur l’île de la Désirade. Si vous passez quelques temps en Guadeloupe, nous ne pouvons que vous conseiller de passer une journée sur cette petite île, pas la plus connue de l’archipel mais qui offre de belles opportunités.

1 commentaire : “La Désirade”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.