Mardi 19 novembre 2013 – A vélo sous la pluie

2ème jour sur l’Ile des Pins. la seule journée complète. J’en avais profité pour réserver l’excursion à ne pas rater, le truc ultra touristique mais incontournable : une balade en pirogue sur la baie d’Upi avec retour par la Baie d’Oro et sa piscine naturelle, la carte postale la plus connue de l’Ile des Pins. Mais c’était sans compter sur la météo. Il a plu toute la nuit, une grosse pluie tropicale torrentielle, et à notre réveil, à 5h, ça continue. Bien entendu, je n’ai prévu aucun pantalon ou coupe-vent pour ce petit séjour, totalement habitués, que nous étions au soleil des 2 précédentes semaines. C’est donc en robe / short, tee shirt, petit gilet et sandalettes que nous nous rendons au petit déjeuner. Trempés le temps d’arriver à la salle commune du Nataïwatch à 100m du bungalow. Petit détour par l’accueil en sortant du déjeuner, où sans surprise, on nous apprend que l’excursion est annulée pour cause de pluie. On reporte au lendemain, mais uniquement la pirogue en baie d’Upi, notre vol de retour étant en début d’après midi, on n’aura pas le temps d’aller jusqu’à la baie d’Oro.  L’une des déceptions du voyage. En attendant, on réfléchit à occuper notre journée. Plus de voiture de location disponible, pas de chauffeur non plus. Restent 2 vélos qui prennent la pluie dehors. Soyons fou ! Nous achetons aussi 2 coupes vent hyper cher au logo du gîte Nataïwatch, ça sera toujours mieux que rien pour se protéger de la pluie. 1 h plus tard, nous profitons d’une accalmie pour prendre la route. De courte durée, l’accalmie, puisque nous avons à peine atteint les ruines du bagne à 2km du gîte que la pluie reprend !

Les ruines du bagne

Premier arrêt donc de cette journée vélo pour les ruines du bagne. L’histoire de l’île des Pins est étroitement liée à celle du bagne en Nouvelle Calédonie. C’est sur cette île que furent déportés les insurgés de la Commune de Paris en 1872.  On trouve donc sur toute la moitié Ouest de l’île de nombreuses traces du bagne. A commencer par les ruines d’Ouro, visible depuis la route. Des bâtiments à l’abandon où la végétation reprend ses droits, les cellules, les barreaux des fenêtres et toutes ces traces d’une triste période de notre Histoire.

 Vestiges du bagne - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieVestiges du bagne - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieVestiges du bagne - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieVestiges du bagne - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

Un peu plus loin, au bout d’un chemin, le château d’eau, construit à l’époque du bagne pour capter la source et distribuer l’eau, parfaitement restauré et toujours utilisé aujourd’hui.

Vestiges du bagne - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

Encore un peu plus loin, un site apparait dans la brousse : le « couvent », en fait 2 bâtiments en ruine, qui servaient de pénitencier de femmes, surveillés par des soeurs. Il pleut toujours un peu (on se croirait en Bretagne, les températures chaudes en plus), et sous la pluie, toutes ces ruines sont encore plus sinistres et tristes !

Vestiges du bagne - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

Dernière étape dans la visite des vestiges du bagne : le cimetière des déportés et son mémorial, ses tombes dépouillées, un lieu très solennel au bout d’une petite route qui grimpe un peu (ouille les cuisses, le vélo c’est vraiment pas mon truc).

 

La grotte de la 3ème

La pluie cesse et nous reprenons la route vers des destinations plus gaies, les plages de la côte Ouest. Mais d’abord, on cherche la grotte de la 3ème, indiquée sur mon guide. Un panneau que l’on a failli manquer, quelques kilomètres de vélo sur un chemin de bois, et un peu de chance pour trouver cette grotte. Un grand gouffre qui s’enfonce sous terre, très sombre, de l’eau dans le fond. Il est possible d’y descendre mais vu la pluie du jour, les pierres détrempées sont bien glissantes et nous préférons restés à l’entrée de la grotte …

Grotte de la 3ème - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

Petite note : pourquoi « grottes de la 3ème  » ? parce qu’au temps du bagne (encore lui !), l’île était divisée en secteurs numérotés, les communes. Cette grotte se situait donc sur le territoire de la 3ème commune.

La Baie d’Ouaméo

Une grosse averse, torrentielle, nous surprend juste à la sortie du bois qui mène à la grotte de la 3ème. Nous nous retrouvons à patienter, à moitié dégoulinant de pluie, sous la faible couverture des arbres au bord du chemin. 30 min plus tard,  nouvelle accalmie, nous reprenons nos vélos jusqu’à la baie de Ouaméo. L’hôtel Kodjeue y a établi ses quartiers. Belle situation sur une belle plage de sable blanc. Mais, mis à part nous, la plage est complètement déserte. Est-ce la faute du mauvais temps ? pourtant, il est l’heure de déjeuner, et derrière les gros nuages, on perçoit un rayon de soleil et la douce chaleur du soleil. Signe d’un après midi plus clément ? en attendant, c’est sur cette plage déserte que nous posons les vélos, sortons les paréos et nous installons pour pique niquer sous les yeux de mouettes gourmandes qui nous volerons qq chips. Après ce léger repas, petite baignade, assez agréable, l’eau est assez chaude, même si les nuages sont toujours là.  Quelques minutes de sieste et hop, retour sur les vélos. Vu l’heure, nous décidons de faire demi-tour.

Baie de Ouaméo - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de Ouaméo - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

La Baie de la Corbeille

Dernier arrêt sur la route du retour pour la baie de la Corbeille, située tout au bout d’une route en cul de sac. Une grande plage de sable, toute aussi déserte que la précédente. On se repose (encore) quelques minutes en admirant la vue et en profitant du calme.

Baie de la Corbeille - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de la Corbeille - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de la Corbeille - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

Débarcadère de Kuto

Retour au point de départ, sur la plage de Kuto où nous pensions profiter de la fin d’après-midi, la pluie semblant avoir tout à fait cessé. Sauf que, surprise, la plage, vide la veille, est envahie de touristes australiens bruyants, débarqués par centaines du paquebot croisant au large. Même chose sur la baie de Kanuméra. Finalement, on préfère déserter le secteur et continuer notre balade en vélo, il faut dire que le soleil pointant un rayon fragile derrière les nuages nous encourage à la promenade. On commence par faire le tour du promontoire entre les 2 baies en espérant pouvoir rejoindre le sud et le village de Vao, mais on ne pourra pas aller plus que loin que le débarcadère qui nous offre une vue magistrale sur la baie de Kuto, ses voiliers, ses eaux turquoises.

Débarcadère de Kuto - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieDébarcadère de Kuto - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieDébarcadère de Kuto - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieDébarcadère de Kuto - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

On repart par la route qui passe devant le gîte, sous une allée d’arbres majestueux, très film fantastique.

Allée - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

La route qui mène à Vao est un peu plus accidentée que celle du matin, il y a quelques belles côtes (ouille les cuisses, bis) mais elle longe la côte et nous offre régulièrement de beaux points de vue sur le lagon et les îlots au large. On croise de temps à autre les bus des touristes australiens qui promènent les touristes d’un point d’intérêt à l’autre de l’île. Finalement, nous sommes bien mieux à vélo pour profiter des paysages.

Vao

Le village de Vao est la « capitale » de l’île des Pins et concentre commerces et administrations. A noter, la jolie mairie, le marché, la très belle Eglise de la Mission, de jolies demeures de types coloniales, des cases typiques.

Vao - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieVao - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieVao - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieVao - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

Nous prenons la route qui mène à la plage de Saint Maurice. Une petite plage cachée au bout du chemin, un monument commémorant l’arrivée des premiers missionnaires entouré d’une superbe palissade formée de totems sculptés, un artisanat typique de l’île. C’est vraiment un très joli lieu.

Baie de Saint Maurice - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de Saint Maurice - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de Saint Maurice - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de Saint Maurice - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de Saint Maurice - Ile des Pins - Nouvelle CalédonieBaie de Saint Maurice - Ile des Pins - Nouvelle Calédonie

Retour à Nataïwatch par la même route. Encore de belles grimpettes, pfff. Au compteur, à la fin de la journée, pas moins de 40 km parcourus. Et un magnifique coup de soleil, si si. Les très rares rayons de soleil qui ont pointés derrière les nuages sur la fin de journée sont vraiment mauvais ! Fin de la journée sur la plage de Kanuméra enfin vidée des touristes australiens repartis pour la nuit sur leur paquebot.

Finalement, ce fut une très chouette journée. La visite de l’île des Pins à vélo se fait très bien, même sans être sportif (la preuve, j’ai survécu, et même pas de courbatures le lendemain !)

1 commentaire : “L’Ile des Pins [3]”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.