Samedi 7 mai 2011

Kiriakoselia – Alikampos

Aujourd’hui, nous décidons de repartir de nouveau vers le Sud de La Canée, notre but étant la côte dans les environs d’Hora Sfakion.

Premier étape, Kiriakoselia, au Sud de La Canée, un peu après l’intersection de la route pour Hora Sfakion. Notre guide nous promet une petite église byzantine nichée dans une vallée boisée. La route s’élève effectivement à travers bois. Les paysages sont encore différents de ceux vus les jours précédents. Première difficulté, trouver l’église. Le GPS nous emmène bien à Kiriakoselia, mais là, aucune indication sur la direction de l’Eglise en question. On tourne en rond et on finit par tomber par hasard sur l’endroit, qui est bien sûr est fermé. On passe entre les barrières pour accéder au cimetière et à la très belle église Agios Nikolaos (Saint Nicolas). C’est tout petit, mais ce cadre un peu perdu au milieu de nulle part, la proximité de la forêt, donne un charme certain au lieu.

Nous ne nous attardons pas trop (l’Eglise est fermée, et je n’aime pas trainer dans les cimetières !). On retourne sur nos pas pour retrouver l’intersection pour Hora Sfakion. Un  peu après, une direction Alikampos, petit village dont le guide dit grand bien. Ok pour le détour. Un joli petit village traditionnel crétois et là encore, impossible de trouver la direction de l’Eglise de la Panagia. On tourne encore en rond, à la recherche de panneau « Church of Koimesis » comme indiqué dans le guide. On finit par trouver la fontaine vénitienne (en fait un bâtiment abandonné et une source d’eau qui s’écoule à moitié sur la place, à moitié dans la fontaine prévue, la place est moussue et glissante). L’église (chez nous on dirait une chapelle) se cache en contrebas de la fontaine : un petit escalier part en face de celle-ci et descend jusqu’à l’ancien cimetière qui abrite l’Eglise sous de grands orangers. Encore une fois, les lieux sont fermés. On admire la vue sur la vallée et on reprend la route pour Hora Sfakion, sans arrêt cette fois.

Sur la route de Hora Sfakion

La route vers Hora Sfakion est une occasion de plus d’admirer la beauté sauvage des paysages crétois, les montagnes aux sommets encodes enneigés, les vallées profondes, les à-pics qui descendent vers la mer, la mer, omniprésente à chaque détour de la route, et une route impressionnante, en pente raide, qui offre à nos yeux ébahis des virages en épingle semblant s’abîmer dans la mer. Et puis aussi, quelques scènes cocasses de la vie quotidienne : des moutons dans les pâturages en pente douce, des moutons qui traversent la route devant nous, sous la surveillance d’un petit garçon pas bien vieux, le ramasseur de lait qui fait la tournée des laiteries et transportent son lait de chèvre dans de gros bidons sur une remorque attaché à un 4×4 !

 Hora Sfakion

Nous arrivons à Hora Sfakion vers midi (environ 1h30 de route depuis Réthymnon, 1h depuis La Canée). Hora Sfakion est un petit port de pêche en blanc et bleu typique, surtout connu pour être le point final de la randonnée dans les gorges d’Imbros, randonnée qui à l’air bien sympa (comme celle des gorges de Samaria) mais qui présente une difficulté : il faut programmer le retour vers le point de départ de la randonnée. Ce ne sera donc pas pour nous (et on avait bêtement laissé nos chaussures de rand en France). On se promène sur le port, on admire la transparence de l’eau couleur turquoise et la vue sur le village et on revient par la petite plage. Le long du port, de nombreuses tavernes et restaurants attendent les touristes et randonneurs. On choisit au hasard, on s’installe en terrasse, au soleil, on boit une bière et on se mange une assiette mixed grill gigantesque tout en profitant de la chaleur et de la vue !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.