2ème article dans la série « Voyager avec son chien » : une série de questions pratiques pour bien voyager avec son chien. Une foire aux questions quoi.

En vrac, tout ce qu’il faut savoir sur l’organisation lorsque l’on souhaite voyager avec un chien, les accès aux restaurants, musées, … Vous le verrez, c’est surtout une question de bon sens et d’éducation (du chien et du maitre 🙂 )mais ça peut rassurer certains d’entre vous sur la faisabilité d’un voyage avec un chien.


remarque 1 : cet article ne concerne que ce que nous avons nous-même expérimenté du voyage avec un chien. Loin de nous l’idée de vouloir généraliser, vos expériences peuvent être différentes.

remarque 2 : cet article ne concerne pour le moment que le voyage en France et en Europe. Nous n’avons pas encore testé les voyages au long cours. Nous mettrons à jour avec nos futurs retours d’expérience.

remarque 3 : la législation peut varier dans le temps et d’un pays à l’autre. Les infos de cet article ne prétendent ni être exhaustives, ni être à jour. Merci de vérifier les infos avant votre départ (notamment au travers des sites mentionnés ci-dessous).


Arcachon - 2016Plage du Triangle de Pereire - Arès - Bassin d'Arcachon - Hiver 2016

Organiser son voyage

Comme pour un voyage sans animaux, on retrouve les même points d’interrogation : je me déplace comment ? je dors où ? je mets quoi dans la valise ?

  1. Comment choisir sa destination ? quelles sont les réglementations des différents pays européens?

    Pour un premier voyage, je vous conseillerai de partir un court week-end pas très loin de chez vous, à 2 ou 3h maxi de route. Cela vous permettra de voir comment votre chien supporte le trajet et comment il se comporte dans un nouvel environnement. Ensuite, éloignez vous peu à peu et essayez de nouvelles destinations. Il y a la France qui propose une diversité de paysages et de cultures assez incroyables et qui vous évite le stress de passer les frontières. Ensuite, l’Europe, à commencer par les pays limitrophes, facilement accessible en voiture ou ferry, voir en train. Et si vous voulez sauter le pas et prendre un avion, le monde s’offre à vous. Ou presque. Car dans tous les cas, avant même de réserver vos billets et vos hébergements, il faut vérifier si votre destination est compatible avec les animaux. En Europe, vous pouvez les emmener partout mais certains pays ont des règles plus strictes que d’autres. J’y reviendrai dans un prochain article, mais le site AniVetVoyage est une mine d’informations, et les sites web des ambassades ont souvent une page liée à la règlementation d’import des animaux. Sachez que pour certaines destinations, la quarantaine est obligatoire (Hawaii, Nouvelle-Calédonie, …). Dans ce cas, ne pensez pas à partir avec votre chien pour 1 ou 2 semaines seulement.

  2. Quel moyen de transport ?

    Vaste question qui nécessite un article à part entière tant les conseils diffèrent d’un moyen de transport à l’autre, d’un pays à l’autre. Une première réflexion : le plus simple est bien évidemment la voiture, mais votre chien peut aussi prendre l’avion, sous certaines conditions. On a longtemps hésité, et c’est le blog The Tropical Dog qui nous a convaincu que le voyage en avion était possible. Notre première tentative (un vol de 2h30 pour la Suède) a été un succès et on espère bien faire un vol transatlantique au printemps prochain (destination Caraïbes).

  3. Comment trouver un hébergement dog-friendly ?

    Trouver un hébergement qui accepte les chiens peut paraître galère mais en fait c’est relativement simple. Aujourd’hui, les principaux sites de réservation comme Booking, Hotels, Trivago ou Airbnb proposent des filtres « Animaux acceptés » pour trier les hébergements dog-friendly. Lorsque je trouve une annonce sur Airnbn ou autre, qui n’indique pas explicitement que les animaux sont acceptés ou interdits, je fais un petit mail pour demander confirmation. Conseil : comme le choix est plus restreint que lorsqu’on voyage sans animaux, il faut  s’y prendre assez en avance pour profiter du maximum de possibilités. 

  4. Dans la valise de mon chien : quels sont mes indispensables  ?

    • ses papiers d’identité (pensez à demander un passeport européen à votre vétérinaire) et tout document qui pourrait vous être demandé en fonction de votre destination (voir prochain article)
    • sa laisse, son collier ou son harnais
    • une ceinture de sécurité ou sa caisse de transport , notamment en voiture.
    • une muselière peut être obligatoire à certains endroits ou pour certaines catégories de chiens.
    • sa couverture ou son couchage habituel, ça permet de le rassurer et d’offrir un repère constant même dans un nouvel environnement.
    • quelques jouets parmi ses préférés.
    • ses croquettes habituelles pour un voyage court ou s’il a un régime spécifique. Pour des voyages plus longs, nous emmenons assez de croquettes pour quelques jours, puis nous achetons sur place. Si nous ne trouvons pas notre marque habituelle, nous mélangeons celles que nous avons emmenées avec les nouvelles.
    • des sacs à crottes 😉

Quiraing - Skye - Scotland 2017Talisker Bay - Skye - Scotland 2017Talisker Bay - Skye - Scotland 2017Ecosse 2017

En pratique

  1. A l’hotel (ou dans l’hébergement) ?

    Nous avons la chance que Ice soit tranquille et nous attende bien sagement, alors nous n’hésitons pas à le laisser quelques heures seul à l’hotel ou dans l’appartement, le temps d’un resto ou d’une visite. Pensez à installer sa couverture ou couchette préférée avec un jouet. Une gamelle d’eau et une de croquettes pour qu’il se sente comme à la maison. Par respect pour les autres voyageurs, ne laissez pas votre chien grimper sur le lit ou les meubles. Essuyez-lui pattes et pelages en cas de boue avant d’entrer. Bref, ne faites pas en vacances ce que vous ne feriez pas chez vous le reste de l’année 😉 Et ne laissez pas votre chien seul s’il est du genre à dévorer le mobilier ou à aboyer au moindre bruit 🙂

  2. Au restaurant ?

     Plusieurs techniques lorsque nous souhaitons déjeuner ou dîner dans un restaurant et que nous nous promenons avec Ice :

    • Si possible, nous nous installons en terrasse après avoir demandé l’autorisation pour Ice. En général, cela ne pose pas de problèmes et les serveurs sont souvent sympa et apportent un bol d’eau au chien. Dans ce cas, tenez bien votre chien en laisse, sous la table, ou au moins, faites en sorte qu’il ne se promène pas partout et ne gêne pas les autres clients du restaurant ni les serveurs.
    • Si on ne peut pas s’installer en terrasse (pluie, froid, pas de terrasse), nous demandons s’il est possible de rentrer avec le chien. Parfois, les restaurants acceptent. Si ce n’est pas possible :
      • si les conditions le permettent (pas trop chaud, voiture à l’ombre, …), nous laissons Ice à l’intérieur de la voiture, à l’ombre et vitre entrouverte si nécessaire. Nous le faisons parce que nous savons qu’il peut rester seul et tranquille dans la voiture pendant un moment, sans faire de bêtises, ni aboyer sur les passants. Souvent quand nous revenons, il est soit en train de dormir, soit en train de guetter la direction par laquelle nous sommes partis. De notre côté, nous écourtons notre passage au restaurant.
      • si ce n’est pas possible, nous préférons renoncer au restaurant et se contenter d’un pique-nique pour le bien-être du chien.
    • Le soir, nous laissons le chien à l’hébergement et nous allons tranquillement profiter de notre soirée. Là aussi, nous le faisons parce que nous savons que Ice restera sage, ne fera pas de bêtises et ne passera pas la soirée à aboyer au moindre bruit.
  3. Dans les musées, églises et autres monuments ?

    Si on part pour un city trip, on évite d’emmener Ice, c’est le seul cas où il ne part pas avec nous. Mais c’est assez rare car nous, comme lui, préférons la nature à la ville. Cependant, il nous arrive quand même lors de nos roadtrip de passer par les villes et de visiter certains musées, châteaux ou monuments. Comment fait-on dans ce cas-là ?

    • Vérifier à l’avance si les chiens sont autorisés. Dans la plupart des musées ou monuments, ils sont interdits mais il y a parfois des exceptions. Quand rien n’est indiqué, par respect, nous n’entrons pas avec le chien.
    • Si la visite est courte
      • soit nous y allons à tour de rôle (l’un garde le chien pendant que l’autre explore, et vice versa)
      • soit nous laissons le chien dans la voiture (comme pour le restaurant, si les conditions le permettent : pas trop chaud, ombre, vitres entrouvertes …)
    • Si la visite est longue, on essaye d’arranger notre programme pour faire la visite en début ou en fin de journée. Nous laissons Ice dans l’hébergement pendant ce temps.
    • Sinon, on renonce à la visite.

Suède 2018Suède 2018Le moment qui nous a bien fait rire - Sentier du littoral - Saint Cyr sur MerSuède 2018

Divers

  1. Laisser son chien se promener en liberté, sans laisse ?

    Bonne question. Déjà ça va dépendre de votre chien : il doit pouvoir revenir à vos pieds dès que vous l’appelez, c’est la loi. Si ce n’est pas le cas, qu’il n’a pas de rappel, alors ce sera promenade en laisse. Ensuite, cela dépend aussi des endroits : pour nous en ville, c’est laisse obligatoire. Idem, dès qu’il y a un peu trop de monde sur les chemins de randonnées (de peur qu’il ne fasse tomber quelqu’un) ou si on aperçoit un autre chien. En cas de troupeau à l’horizon, nous le remettons en laisse pour ne pas qu’il aille embêter les animaux. Sinon, la plupart du temps, on le laisse vivre sa vie.

    Attention, dans les parcs nationaux, les chiens sont très souvent interdits, même en laisse. Dans  les parcs régionaux ou les réserves naturelles, la laisse est souvent obligatoire. Respectez ces consignes, elles sont là pour protéger la faune et la flore.

 

Si vous avez d’autres questions, posez les en commentaires, on essayera d’y répondre et on complètera la liste.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.