Vérone (1)

Vendredi 11 février 2005

Départ en milieu de matinée depuis ma Bourgogne natale, où nous avions fait étape la veille. Le temps est maussade. Après 3 heures de route, nous arrivons à l’entrée du tunnel du Mont-Blanc. 12 Km plus loin et nous voilà en Italie. Une succession de viaducs et de tunnels nous conduit dans la vallée d’Aoste. Encore 6 heures de routes, quelques bouchons sur Milan, la traversée de toute l’Italie du Nord (région très peuplée et très industrialisée) et nous voilà arrivés à Vérone. Nous prenons possession de notre chambre à l’hotel Holiday Inn (un 4*, nous n’avons pas l’habitude d’un tel luxe). Première rencontre avec les Italiens. Nous nous faisons comprendre dans un mélange de français et d’anglais auquel nous mêlons quleques mots d’italiens. Pas facile de se faire comprendre quand on ne connaît pas la langue. C’est assez drôle et nous nous en sortons plutôt bien. Le personnel de l’hôtel est compréhensif et charmant.

Samedi 12 février 2005

Un petit déjeuner copieux à l’hôtel et nous voilà partis à la découverte de la ville de Vérone. Sur place, nous laissons notre voiture dans un parking couvert. Les voitures sont garées les unes devant les autres et il faut laisser ses clés dessus pour que le gardien puisse les déplacer. Un peu perturbant pour nous qui ne sommes pas habitués à de telles pratiques mais apparemment ça ne pose pas de problème ici. D’ailleurs, nous récupérerons la voiture sans aucun dommage. Nous ne sommes qu’à quelques pas du coeur de ville et nous commençons la visite directement par les arênes.

Ci-dessus la Piazza Bra, coeur de la vie véronaise avec ses façades aux couleurs ocre, ses cafés et commerces, son squares et ses arènes. Ici on retrouve un mélange de styles architecturaux différents : les palais vénitiens aux couleurs gaies, la richesse néoclassique de la mairie, les arènes romaines et les églises gotihques. Sur le Liston, ce large trottoir qui borde tout un côté de la place, il y a foule malgré la fraîcheur de cette matinée de février. Malgré tout le soleil brille et à midi, après la visite des arènes, nous prendrons un sandwich et un cappuccino en terrasse de l’un des nombreux cafés de la place.

Première visite pour les arènes romaines de Vérone. Imposantes, par leur taille (ellipse de 436 m de circonférence, 20 000 spectateurs), elles sont en bon état de conservation malgré la disparition il y a for longtemps de l’arcade supérieur. Cependant, la sécurité, alors que nous nous promenions tou en haut des gradins, nous semble un peu limite. La hauteur est impressionnante, je sens le vertige s’emparer de moi ! Ici, tous les étés, se déroule un festival d’opéra mondialement connu.

Autre lieu de la vie véronaise : la Piazza Dell Erbe, située à l’emplacement de l’ancien forum romain. Immense esplanade au charme pittoresque, du moins quand les camelots ne sont pas là pour tenter de vendre aux touristes, cartes postales, chapeaux, assiettes et autres bibelots aux couleurs de Vérone. De nombreuses colonnes et fontaines jalonnent cette place, comme celle-ci, adoptée par les pigeons.

La place est bordée de maisons anciennes. L’originalité de la Piazza del Erbe tient aussi dans les fresques peintes sur les façades de certaines maisons. Elles ne sont pas forcément dans un état de conservation parfait mais je trouve qu’elles donnent à cette place un petit côté Renaissance très romantique et très sympa. Je m’imagine très bien vivre là quelques siècles en arrière en robe à crinoline ! Aujourd’hui, j’y boirais volontiers un vrai café italien, assise à la terrasse d’un café et regardant la vie autour …

Laisser un commentaire

*