Jour 2 : le temple de Louxor

Le reste du groupe est arrivée en fin de matinée. Nous sommes maintenant au complet. 16h00 : nous partons visiter le temple de Louxor, notre première visite d’un site d’Egypte antique. Et déjà cette impression grandiose … L’heure est magique, la chaleur ne se fait pas trop sentir et la lumière descendante du soleil donne aux pierres une couleur magnifique, le lieu se charge de mystères…

Louxor est l’oeuvre de 2 pharaons : Amenophis III (XIVème siècle avant JC) et Ramsès II (XIIIème siècle avant JC).

Nous arrivons par l’entrée principale, entre l’allée des sphinx et le pylône d’entrée.

L’allée des sphinx

Elle reliait à l’origine les temples de Karnak et de Louxor sur plusieurs kilomètres : près de 700 sphinx à l’effigie de pharaons, dont bon nombre a aujourd’hui disparu sous la ville moderne. Néanmoins, ce qu’il reste de cette allée devant le temple de Louxor donne une bonne idée de ce que devait être cette voie d’accès processionnelle au temple.

 

Le pylone de Ramsès II

Construit en -1275, sous le règne de Ramsès, il est aujourd’hui assez abîmé. Sur 65m de façade, étaient chantées les louanges de pharaon pendant la bataille de Qadech, mais ces scènes sont peu visibles. Par contre, on voit bien l’emplacement des 4 mâts de fêtes Des 6 statues monumentales de Ramsès, il n’en reste que 3 : 2 assis et 1 debout. Mais là encore, cela suffit à se dire que les visiteurs de l’ancien temps devaient être impressionnés par la taille de ces colosses.

2 obélisques flanquaient à l’origine l’entrée du temple. Il n’en reste qu’une, la deuxième ornant notre place de la Concorde à Paris.

 

La cour de Ramsès II

Passée le portique, nous nous retrouvons dans la vaste cour de Ramsès II. Entourée d’une double colonnade entre lesquelles se trouvent 11 statues représentant Pharaon debout. 2 colosses royaux encadrent la voie d’accès à la cour d’Aménophis III. Ramsès y est représenté avec à ses côtés la reine Néfertari.

 

La particularité de cette cour est la présence dans un coin de la mosquée Abou El Haggag, surélevée de 5m par rapport au reste du Temple, lieu sacré d’une autre religion…

 

La grande colonnade

2 rangées de colonnes gigantesques bordent l’allée qui relie la cour de Ramsès II à celle d’Aménophis III. Beaucoup de monde sur cette allée (comme partout dans le temple !), il est difficile de bien prendre l’échelle de cette réalisation. Mais au pied de ses colonnes, en regardant le ciel, on se sent tout petit.

 

La cour d’Amenophis III

Passée la colonnade, on arrive dans une cour gigantesque, la cour d’aménophis III et ses colonnes à ciel ouvert.

 

La salle hypostyle, les chambres et le sanctuaire.

Dans le fond du temple, une série de salles couvertes. On y trouve des traces de peintures murales datant de l’époque de l’Empire romain, ce lieu ayant été transformé en chapelle romaine.

 

On trouve aussi trace dans ces salles de la couverture en dalles de pierres pesant plusieurs tonnes. Les colonnes et les murs gravés de hiéroglyphes ont gardé l’empreinte de leurs couleurs primitives.

Petite balade libre dans les lieux, pour prendre la mesure de cet endroit, goûter à la magie et aux mystère du temple alors que le soleil commence à descendre et que les pierres se parent de couleurs dorées.

 

Retour et nuit au bateau.

Laisser un commentaire

*