Jour 6 : Caltagirone – Villa Romana del Casale

Mardi 11 mai 2010

Caltagirone

  • 9h30 : après un petit déjeuner rapide, nous partons pour la visite de Caltagirone. Caltagirone, c’est le début de la Sicile baroque reconstruite après le tremblement de terre de 1693. Mais, à mon avis, on ne retrouve ici ni l’âme de Ragusa, ni le charme un peu figé de Noto ou le mystère d’Ortygie, mais une ville de province, bien vivante, tournée vers le commerce des céramiques, spécialité artisanale de la ville.
  • Des céramiques il y en a partout, dans les boutiques qui vendent une production plus ou moins artisanale (vu la quantité on se demande parfois où s’arrête l’artisanal, où commence le semi-industriel), dans les échoppes des artistes qui travaillent la céramique mais aussi sur les murs des maisons ou sur les marches de la célèbre Scala di Santa Maria del Monte, l’emblème de la ville : un escalier monumental de 142 marches recouvertes de carreaux de céramique, qui relient le haut et le bas de la colline.

Caltagirone - Mur décoré de céramiquesCaltagirone - la Scala Santa Maria del MonteCaltagirone - la Scala Santa Maria del MonteCaltagirone - la Scala Santa Maria del Monte

  • Petite promenade dans la ville basse jusqu’à la Scala. Pas le courage de monter les 142 marches pour aller visiter la ville haute, qui pourtant semble mériter le détour. Le temps nous manque, la journée s’annonce longue, donc on profite de la ville basse, on observe la vie sur la place centrale, tous ces hommes qui se rassemblent sur les bancs et semblent discuter des heures.

CaltagironeCaltagirone

  • Puis, après un arrêt dans la boutique d’un artiste céramiste pour l’achat de quelques souvenirs, nous repartons vers ce qui doit être le clou de la journée : la Villa Romana del Casale à proximité de Piazza Armerina. Toujours de beaux paysages agricoles vallonnés sur la route.

Entre Caltagirone et Piazza ArmerinaEntre Caltagirone et Piazza ArmerinaEntre Caltagirone et Piazza Armerina

Piazza Armerina – Villa romana del Casale

  • 12h00 : il est presque midi lorsque nous arrivons à la villa romana del casale, à quelques kilomètres de Piazza Armerina. Pas d’autre choix que de se garer sur le parking payant à l’entrée du site (2€ je crois, mais peut être plus). Nous remontons une longue allée,bordée d’une multitude de boutiques de souvenirs divers et variés. Billets achetés (3€/pers), nous pénétrons dans le site. Une villa romaine des 3ème et 4ème siècles, découverte dans les années 1920 qui s’étend sur 3500 m2 et recèle des trésors de mosaïques.
  • Déjà beaucoup de monde, entre les scolaires en visite et les groupes en voyage organisés. Nous nous glissons tant bien que mal entre 2 groupes. La première salle est le triclinium (tiens c’est bizarre, ce n’est pas du tout le sens de visite indiqué dans les guides, ils ont changé le sens de visite ?). Dans cette pièce en forme de trèfle (à 3 feuilles), une magnifique mosaïque représentant les douze travaux d’Hercule. Magnifique malgré quelques parties très abîmées.

Piazza Armerina - Villa del Casale - Triclinium - mosaïque d'HerculePiazza Armerina - Villa del Casale - Triclinium - mosaïque d'Hercule

  • Nous quittons le triclinium pour entrer dans une autre salle. D’après les mosaïques et les indications des guides, nous sommes dans le Corridor de la Grande Chasse (Corridoio della Grande Caccia), en tous cas en début du corridor, la passerelle étant fermée après qq mètres et bloquant l’accès à la suite. Mai sous nos yeux, se déroulent une scène de chasse d’une précision incroyable avec des détails d’une richesse inouie. Comme ce tigre qui se refètent dans une boule de verre ou ce griffon sur une caisse où est enfermé un garçon.

  • Nous tournons autour des salles, nous arrêtons devant la célèbre salle des jeunes filles en bikini (Sala delle ragazze in bikini), celle d’Orphée la musicienne et enfin le péristyle et ses médaillons représentant des animaux sauvages.

Piazza Armerina - Villa del Casale - Les jeunes filles en bikiniPiazza Armerina - Villa del Casale - Mosaïques du péristyle

  • Nous ressortons à la recherche de l’accès aux autres salles. Ah bah non, ce n’est pas possible, tout est fermé pour cause de rénovation, seules 2 salles sur la vingtaine sont accessibles (200 m2 sur les 3500 du site). Autant dire que nous sommes carrément frustrés, les plus belles pièces étant inacessibles (ce qui explique le faible coût du billet et la foule qui s’entasse dans les quelques salles ouvertes). A priori, la rénovation va durer encore quelques mois et les conditions d’accès vont être encore plus difficiles dans les semaines à venir. Nous reviendrons peut être lors d’un prochain voyage, quand cette villa sera entièrement accessible au public et que nous pourrons voir ses splendeurs en totalité.
  • La visite aura finalement été courte, nous reprenons la voiture pour une étape non prévue ce jour : Enna.

Laisser un commentaire

*