Jour 5 : Ragusa

Lundi 10 mai 2010

Ragusa

  • 11h45 : nous arrivons à Ragusa, en empruntant une belle route secondaire. Nous nous garons tout en haut de Ragusa Nuova (la ville nouvelle), sur le parking Piazza della Liberta. Ragusa se divise en 2 cités, longtemps ennemies, toutes les 2 reconstruites après le tremblement de terre de 1693 (encore lui ).D’un côté, l’ancienne noblesse choisit de rabâtir Ibla, l’antique cité, sur son plan initial au bord de l’éperon rocheux. De l’autre côté, la nouvelle noblesse et la bourgeoisie veulent reconstruire une ville moderne, avec plus d’espace, en surplomb de l’ancienne ville : Ragusa Nuova (Ragusa Superiore). Les 2 villes se méprisent jusqu’en 1926, date de la réunification.

Vue sur RagusaRagusa Nuova et Ragusa Ibla

  • Commence une longue balade dans Raguse. Du côté de Nuova, de grandes rues bien rectilignes et quelques beaux édifices. A commencer par la cathédrale Saint Jean Baptiste (San Giovanni Battista) et 1 ou 2 palazzo. Mais finalement, peu d’âme dans cette ville nouvelle.

Ragusa - Jardin de la cathédrela San Giovanni BattistaRagusa - Cathédrale San Giovanni BattistaRagusa - Fiat 500 modèle original

  • Et puis tout au bout du corso Italia et de la via XXIV di Maggio, une longue succession de marches, une rue escalier, qui réunit Ragusa Nuova à Ragusa Ibla (la seule voie de communication jusqu’à il y a peu). Commence la longue descente vers Ibla. Et petit à petit, on remonte le temps, 2 siècles en arrière, dans cette rue sans voiture, aux vieilles maisons défraichies et aux palais baroques (palazzo Nicastro) comme figés dans le temps. Au détour des ruelles, vue sur le toit de l’Eglise Santa Maria Dell’Idria et ses décorations en faïence de Caltagirone.

Ragusa - Palazzo NicastroRagusa - Ruelle donnant sur Santa Maria dell'Idria

  • En bas de l’escalier, on est à ragusa Ibla, pile devant la Chiesa Anime delle Purgatorio. A proximité, le palazzo Cosentini et Santa Maria dell’Idria.

Ragusa - Chiesa Anime del Purgatorio

  • Nous nous perdons dans le dédale de ruelles de Ragusa Ibla, en essaynt de suivre l’itinéraire décrit dans le guide et qui doit nous mener au Duomo. Peut-être manquerons nous les palais incontournables d’Ibla, mais dans ces ruelles étroites, loin du flot de touristes, c’est un autre monde, qui nous en met plein les yeux à chaque nouveau pas : petits jardins privés, ruelles fleuries, façades défraichies, palais baroques. A n’en plus finir.

Ragusa - une rue

  • Finalement, on retrouve le « droit  chemin » en tombant sur le palazzo La Rocca et ses balcons décorés d’angelots ou de masques menaçants.

Ragusa - Palazzo La Rocca

  • Et juste derrière, le Duomo San Giorgio, perché au sommet de son escalier monumental et entouré de ses hautes et lourdes grilles de fer forgé, qui en interdisent l’accès. Il domine la Piazza Duomo mais sa façade semble s’envoler vers d’autres cieux.

Ragusa - Le Duomo

  • La Piazza Duomo s’étire en longueur au pied de la cathédrale, bordée de palais baroques, de boutiques de souvenirs et de bars restaurants. Il y a plus de monde ici que dans la rue escalier qui descend de Ragusa Nuova.
  • Au bout de la place, un bâtiment bleu, un cercle ultra-privé, le circolo de Conversazione et un long bâtiment aux volets vert, le palais Donnafugata.

Ragusa - Circolo di conversazioneRagusa - Le palais Donnafugata

  • Plus loin encore, l’église San Giuseppe.

Ragusa - L'Eglise San Giuseppe

  • Nous poursuivons notre promenade au hasard des rues de Ibla, en direction du bout de l’éperon rocheux, où s’abrite le Giardino Ibleo : jardin public aux allées bordées de palmiers, aux fontaines verdâtres, aux vieilles églises qui offre une jolie  vue sur la vallée et dont l’ombre nous protège du fort soleil de midi. Si nous avions eu des sandwichs, c’est certainement ici que nous aurions déjeuner. Mais ce n’est pas le cas, alors, après quelques instants de repos, nous repartons.

Ragusa - Giardino Ibleo

  • Petit arrêt sur la terrasse d’un bar, au pied du Duomo. Bruschetta, panini, coca et bière pour nous redonner des forces avant l’ascension qui nous attend (et oui, il faut bien remonter ce que l’on a descendu). Après ce déjeuner mérité, nous repartons par le même chemin qu’à l’aller : les petites ruelles d’Ibla, d’abord, puis le long escalier qui relie les 2 villes (terrible sous la chaleur, mais qui offre un panorama magnifique sur Ragusa Ibla). Dans Ragusa Nuova, nous avons voulu couper par les petites rues latérales. Mauvais plan :  ça redescend légèrement avant une dernière longue côte pour relier la rue principale et le parking.

Ragusa - Petit passageRagusa - Ruelle escalierRagusa - Vue sur Ibla depuis l'escalierRagusa - L'escalier

De Ragusa à Caltagirone

  • 16h30 : j’ai adoré Ragusa Ibla, cette ville a une âme et une histoire qui me parle. Peut être mon coup de coeur citadin pour ce voyage ? à voir ce que nous réservera plus tard, Agrigente et Taormina. Voilà, finalement, nous quittons Ragusa, les yeux émerveillés, pour relier l’étape finale de cette journée : Caltagirone. De nouveau, les petites routes qui traversent la campagne vallonnée, les travaux des champs, les fenaisons, les monts Iblei au loin et les affleurements de calcaire blanc.
  • 17h30 : le GPS nous conduit à notre lieu d’hébergement pour la nuit : la Villa Tasca, à Caltagirone. Un grand portail ferme l’accès, on sonne, on nous ouvre, on se gare sur un parking quasi désert. L’accueil est cordial mais sans plus. La chambre est correcte, petite, propre mais pas exceptionnelle. Ce qui me gêne surtout c’est l’odeur de renfermé, elle n’a visiblement pas été aérée depuis un moment. Les abords de la propriété, par ailleurs magnifique, ne sont pas nettoyés ni entretenus, la piscine est en cours de vidange. Rien de grave, mais l’on se sent que c’est la fin de la saison hivernale, pas encore la saison haute, et nous avons un peu l’impression d’arriver à l’improviste … Petite déception donc, mais c’est pour une seule nuit. Fin de la journée passée à faire quelques courses au supermarché pour le déjeuner du lendemain, et finalement, trop fatigués pour sortir, ce sera pique nique dans la chambre ! Demain nous attend une longue journée pour relier Agrigente.

2 Commentaires

  1. La fiat 500 du Grand Bleu !!! dans le cadre en plus !!! J’adoooooooooore

    • Et oui, c’est ça la Sicile ! Une plongée dans un autre temps …

Laisser un commentaire

*