Jour 4 : La réserve naturelle de Vendicari

Dimanche 9 mai 2010

Riserva Naturale di Vendicari

  • 8h30 : déjà debouts, après une mauvaise nuit (allergies sur les pieds dûes à la balade de la veille?) et une douzaine de grosses piqures de bébêtes bien urticantes sur tout le corps (a priori une petite araignée ramenée de promenade et qui s’est glissée dans les draps s’en est donnée à coeur joie !). Sans parler des courbatures de la veille. On hésite sur la destination du jour : Ragusa & Modica ou plage & balade nature ? Il fait super beau, et nous avons envie d’en profiter, ce sera donc plage. Nos différents guides nous indiquent des plages naturelles et sauvages au coeur de la réserve naturelle de Vendicari, à qq km de notre hôtel à peine.
  • En fait, la réserve naturelle démarre d’un côté à Eloro et sa petite plage et s’étale pratiquement jusqu’à Mazarmemi : 8km de long sur 1,5km de largeur. C’est une des zones humides les plus importantes d’Europe, avec de nombreuses espèces d’oiseaux dont des milliers de migrateurs qui passent par ici. Des cabanes sont d’ailleurs aménagées pour faciliter l’observation des oiseaux Il y a plusieurs accès pour la réserve : une entrée à Eloro, une entrée principale vers Mazarmemi. C’est sur celle-ci que nous voulions aller initialement, mais en fait, sur la route, un panneau indicateur Vendicari – Spiaggia di Molasche nous induit en erreur. Un long chemin de terre nous conduit à l’entrée secondaire. Il est possible de se garer sur le parking d’un agriturismo, terrain de camping et de camping-cars gratuitement (je crois que le parking principal est payant).
  • 11h : nous entrons dans la réserve. Des sentiers ont été aménagés à travers celle-ci. 15-20 min plus tard, nous arrivons à proximité de la plage de Molasche (Spiaggia di Molasche) : un beau croissant de sable entouré de falaise, au bord d’une mer d’un bleu translucide.

Vendicari - Spiaggia di Molasche

Vendicari - Spiaggia di Molasche

  • Au lieu de descendre immédiatement sur la plage, nous prolongeons notre exploration de la réserve en suivant les sentiers qui longent la falaise dans des paysages splendides. Un camaieu de bleus, d’ocres et de verts. C’est splendide. Et comme d’habitude, nous sommes quasiment les seuls à en profiter, peu de randonneurs sur ces chemins.

Réserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de Vendicari

  • La balade est sans difficultés particulières : des pentes douces, un chemin de terre et de sable qui se faufile entre la mer d’un côté et les marais salants (exploités jusqu’à récemment) de l’autre. On profite pleinement de la vue qui s’offre à nous. Nous poussons jusqu’à l’ancienne tonnara, une promenade de presque 2 heures. Nous nous apercevrons qu’à ce point, nous ne sommes plus très loin de l’entrée principale. Mais nous préférons faire demi-tour, souhaitant à tout prix pique-niquer sur la plage.

Réserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de VendicariRéserve naturelle de Vendicari

  • 14h30 : nous voilà de retour sur la plage de Molasche. J’adore les pique-nique sur le sable. Il y a un peu de monde sur la plage, mais c’est raisonnable et pas bruyant. Après le déjeuner, petite sieste sur le sable puis baignade pour Jérôme. L’eau n’est pas très chaude, mais ce n’est pas pire que les eaux du Cassibile hier. Pour moi, lecture + musique, un vrai moment de détente !!

Vendicari - Spiaggia di Molasche

  • 17h00 : nous quittons la plage et retournons à la voiture.

Portopalo di Capo Passero et Mazarmemi

  • Avant de rentrer à l’hôtel, nous décidons de faire un petit tour par Portopalo di Capo Passero et Mazarmemi, petits ports de pêche, récemment reconvertis en station balnéaire.
  • Pas grand chose à en dire, les ports sont tous petits et il y avait très peu de bateaux.

Portopalo di Capo PasseroPortopalo di Capo Passero

  • 18h00 : retour à l’hôtel et rituel habituel : piscine, internet, douches et préparation.
  • 21h00 : ce soir, nous retournons manger au restaurant Il Gigli à Noto. Toujours pas plus de monde dans le restaurant (ni dans les autres d’ailleurs, je pense que peu de touristes s’arrêtent ici pour la nuit…). Par contre, dans les rues de Noto (qui jeudi soir étaient quasi désertes), l’animation règne. Nous sommes dimanche soir, c’est la Passegiata : la promenade du soir, où les Siciliens, endimanchés, se baladent dans les rues selon un rituel plus ou moins fixe qui mélangent toutes les générations. Attablés à la terrasse, dégustant un délicieux plat de pâtes aux pistaches (une autre spécialité), nous observons la valse des habitants dans le décor illuminé des monuments illuminés de Noto. Une sorte de pièce de théâtre sans paroles, un ballet animé.

Laisser un commentaire

*