20100515-Sicile-Taormina-12

Jour 10 : Taormina

Samedi 15 mai 2010

Taormina

  • 9h00 : réveil en douceur et dans le calme (pas un bruit, ça nous change des bruits urbains d’Agrigente). On ne sait pas encore quelle sera le programme de la journée. Nous y réfléchissons devant un copieux petit-déjeuner.
  • Il y a beaucoup de vent aujourd’hui, le temps est légèrement couvert (comme souvent les matins, ça se dégage ensuite) et le sommet de l’Etna est encore dans les nuages. Nous allons donc éviter d’aller nous promener par là-bas. Nous nous rabattons donc sur la visite de Taormina, lieu de villégiature par excellence et cible privilégiée des touristes de tous pays sur la côte Est de l’île.
  • 11h00 : il faut environ 1h pour aller de Santa Venerina à Taormina en passant par les petites routes plutôt que par l’autoroute, en traversant de nombreuses villes et villages plutôt mignons. Nous suivons les conseils du guide en nous garant dans un parking souterrain à l’entrée de la ville (Porta Catania), le centre ville étant interdit à la circulation (de mémoire, ça nous à coûter 9€ pour 6h de parking).
  • Nous nous engageons sur le Corso Umberto I, le coeur de la cité médiévale. Engageons, parce que nous constatons assez vite que la ville est envahie par les touristes, de toutes nationalités. La vieille ville est charmante mais difficile de l’apprécier au milieu de la foule. Et encore, nous sommes hors saison. Nous constatons que la ville est assez huppée, avec de nombreux magasins de luxe. Un genre de Saint Tropez local quoi.
  • Notre parcours commence sur la Piazza del Duomo et sa fontaine, squattée par les touristes en mal de fraîcheur. Nous sommes dans la partie la plus ancienne qui mène à la Torre del Orologio (Tour de l’horloge), dont le porche s’orne d’une très belle mosaïque.

Taormina - Piazza del DuomoTaormina - Piazza del DuomoTaormina - Vers la Torre dell'OrologioTaormina - Mosaïque de la Torre dell'Orologio

  • Derrière la Torre del Orologio, la piazza 9 aprile. Un belvédère qui offre une vue splendide sur la configuration de la ville : d’un côté, la ville s’accroche à la montagne, de l’autre, elle surplombe la mer. Superbe point du vue, où s’élève la rose et baroque église San Giuseppe et l’église San Agostino.

Taormina - Piazza 9 AbrileTaormina - Piazza 9 AbrileTaormina - Panorama depuis la Piazza 9 Abrile

  • De part et d’autre du Corso Umberto I, partent une multitude de ruelles et d’escaliers qui serpentent à flanc de colline.

Taormina - RuelleTaormina - RuelleTaormina - Ruelle

  • Un porche en ogive et nous pénétrons dans la cour du Palazzo Corvaia.

Taormina - Palazzo Corvaia

  • Puis il est temps de visiter l’incontournable monument de Taormina : le théâtre grec (teatro greco). Et là, bizarrement il y a tout de suite moins de monde, peut être parce qu’il est midi passé et l’heure du déjeuner pour de nombreux touristes ?. Toujours est il que nous profitons tranquillement de la visite des lieux (6€ / pers). Et sincérement, cela vaut vraiment la visite. Le théâtre est particulièrement bien conservé (et pas en cours de restauration pour une fois !). Construit par les grecs au IIIème siècle avant JC (et remanié par les romains au IIè s. ap. JC qui bouche le panorama en élevant un haut mur de scène), c’est l’un des plus grands théâtres de Sicile avec celui de Syracuse (109m de diamètre). Majestueux.

Taormina - Théâtre grecTaormina - Théâtre grecTaormina - Théâtre grec

  • Du haut des gradins et des coursives autour du théâtre, une vue magique s’offre  nous : toujours la mer d’un côté, la ville qui s’étale sur son plateau au pied de l’Etna, de l’autre. Et loin des touristes, on s’imagine remonter le temps quelques siècles en arrière lorsque le théâtre était au sommet de sa splendeur.

Taormina - Panorama depuis le Théâtre grecTaormina - Panorama depuis le Théâtre grec

  • 13h30 sont passées quand nous quittons le théâtre et sa magie antique. Nous nous mettons en quête d’un restaurant tranquille, avec une terrasse ombragée et loin de la foule bruyante. Pas facile, mais nous trouvons finalement une pizzeria qui répond à nos critères dans une petite rue un peu à l’écart du Corso Umberto I, à proximité de la Naumachia : ancien édifice thermal romain, dont il ne reste qu’un mur d’arcades et qui accueillait peut être des spectacles de batailles navales. Aujourd’hui, c’est une ruelle qui abrite qq jardins.

Taormina - Naumachie

  • Après avoir déjeuner d’une bière et d’une excellente pizza bien mérités, nous partons à la recherche du jardin public indiqué dans les guides. Nous nous perdons dans le labyrinthe de ruelles tortueuses mais nous trouvons finalement ce fantastique jardin. Un havre de paix loin du tumulte de la ville. C’est l’oeuvre d’une lady anglaise qui au XIXème siècle y fit élevé de petits édifices sensés favorisés la nidification des oiseaux et leur observation. Et toujours, ce balcon qui offre un panorama tout aussi splendide que les autres sur la mer.

Taormina - Jardin publicTaormina - Jardin publicTaormina - panorama depuis le Jardin public

  • 16h00 : nous quittons Taormina, avec  un sentiment mitigé. Une très belle ville, magnifique même, mais trop de foule, trop de bruits pour avoir pu l’appréhender complètement. En partant, nous envisagions de passer le reste de l’après-midi à découvrir la côte (Giardini Naxos, Acireale, Aci Castello) et trouver une plage pour se baigner. Nous commençons par Giardini Naxos, jolie station balnéaire. Mais la difficulté de se garer, la foule, la chaleur et le bruit précédemment subis, nous donnent soudain envie de calme. Nous abandonnons donc le projet et rentrons à l’agritourisme pour une séance Piscine. Tant pis pour la côte, pourtant signalée comme très jolie. Ce sera peut être pour un prochain voyage …

Laisser un commentaire

*