Jour 5 : Mayapan [1]

Jeudi 16 avril 2009

Aujourd’hui sera une grosse journée. Nous quittons Merida, à destination de Uxmal. Il était temps : ce matin, au petit déjeuner, l’hôtel est envahi par un bus de touristes suisses-allemands-… des plus bruyants. Au programme de la journée de très belles étapes. Peut être la plus belle journée du circuit.

 

Mayapan

Cette fois, nous quittons Merida par le Sud, direction la cité maya de Mayapan, à 3/4 d’heure de bus de là. Mayapan fut capitale du nord Yucatan à la place de Chichen Itza entre 1250 et 1441. 

C’est un site un peu confidentiel, loin des circuits touristiques et de la foule des visiteurs. Durant les 2h de notre visite sur le site, nous serons seuls. C’est déjà un bon point. Mais surtout, il se dégage de ce site un je-ne-sais-quoi de magique. Il est souvent dit que Mayapan est un petit Chichen Itza. Il est vrai que l’on y retrouve les même monuments en taille réduite, sur une superficie plus restreinte. Mais là où Chichen Itza est écrasant, majestueux et parfois sans âme, quand on arrive à Mayapan, c’est justement cette âme maya que l’on ressent, mélange de magie, de chaleur, de mystère. Un lieu très romantique. C’est certainement dû aussi à la taille humaine du site. Bref, cette visite fut, pour moi, peut-être la plus belle visite de site maya de ce séjour.

A l’arrivée sur le site, le regard englobe la totalité de l’espace et des monuments : en premier, le Castillo, la grande pyramide de Kukulcan, ensuite, le Caracol, l’observatoire et de nombreuses autres structures et temples.

A côté de l’entrée du site, l’edificio Q62 était certainement une demeure de la noblesse.

A côté du cementerio où furent mis à jour des os humains, des crânes et des masques, une petite pyramide a récemment été mise à jour et restaurée.

Puis nous approchons de la grande pyramide : El Castillo. C’est le plus haut monument du site, avec ses 15 m de hauteur . Comme à Chichen Itza, le temple de Kukulcan est au sommet d’une structure pyramidale à plusieurs paliers avec 4 escaliers rayonnants, un par face. Comme à Chichen Itza, à chaque equinoxe, le reflet d’un serpent descend sur l’escalier. 

Autre "avantage" de Mayapan, c’est qu’ici, contrairement à la plupart des autres sites, plus touristiques, où la sécurité est accrue, il est encore possible de grimper au sommet de chaque monument. Les plus courageux en profitent donc pour escalader le Castillo. 

Mon vertige me laisse au sol, je prends les photos. Apparemment, même pour les plus téméraires, l’ascension ne se fait pas sans mal. Les marches ne sont pas toutes restaurées et l’escalier est très raide.

 

Je fais le tour de la pyramide. Sur les autres faces, moins restaurées, les escaliers semblent encore plus raides et, d’en bas, on ne distingue plus les marches les unes des autres. 

 

Jérôme a grimpé en haut de la pyramide et a pris plein de photos qui donnent une bonne idée du panorama depuis là-haut. C’est magnifique.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

*