Jour 4 : Dzibilchaltun [2]

Nous poursuivons la visite par l’extérieur du site. En sortant du musée, une longue allée calcaire, appelée sacbe, nous conduit jusqu’à la structure principale : le temple des sept poupées. Un temple s’élève au-dessus d’une plateforme de type pyramidal, peu élevée. Sur chaque face, un escalier (toujours aussi raide) monte jusqu’au temple. Celui-ci devait servir d’observatoire : aux equinoxes, le soleil vient s’inscrire parfaitement dans l’axe des fenêtres qui s’ouvrent sur chacune des 4 faces du temple. Celui-ci fut certaiement enseveli sous un autre temple, à une époque plus tardive mais la structure plus récente a disparu.

C’est le premier monument maya antique que nous pouvons visiter entièrement. Mais à la différence de Chichen Itza, on ne ressent rien ici de ce que pouvait être l’ambiance à l’époque maya. Par contre, on a une vue assez sympa sur le reste du site, notamment sur quelques ruines émergeant de la forêt et en cours de mise à jour archéologique.

Puis nous repartons en direction du cenote sacré en traversant le reste de la zone archéologique. Notamment, une autre pyramide à étages, plus haute mais sans son temple, un très large escalier en pierre qui devait faire office de gradins et une chapelle ouverte d’architecture plus récente, bâtie par les conquistadors.

Puis, nous rejoignons le cénote sacré. L’un des plus jolis que nous verrons durant notre séjour mexicain.  L’eau y est d’une transparence incroyable, peu profonde sur les bords mais permettant de se baigner plus au centre. Des nénuphars s’y épanouissent ainsi que de petits poissons. L’eau est fraîche, un peu de verdure amène une ombre bienfaisante sur le bord. Comme d’habitude, la chaleur est écrasante sur le site écrasé de soleil, la température dépasse allègrement les 35° même à 10h du matin. Aussi, nous profitons de cette pause bienvenue au bord du cénote. Certains se baignent, nous, nous nous contentons de tremper nos doigts de pieds dans l’eau fraîche. Des petits poissons viennent nous chatouiller la plante des pieds, nous apprécions le calme et la sérénité de l’endroit (malgré les cris des baigneurs).

 Il est presque midi quand nous quittons le site. Destination le restaurant…

Laisser un commentaire

*