Jour 2 : Chichen Itza [2]

Chichen Itza : La zone Nord

11h00 : nous abordons enfin la partie la plus touristique du site. Les touristes commencent à arriver en nombre, la chaleur se fait plus lourde. El Castillo se dresse, splendide et majestueux, au milieu de la grande esplanade. La grande pyramide de Kukulcan nous domine et nous impressionne du haut de ses 24m.

 

A la différence des pyramides égyptiennes aux faces lisses, les pyramides mayas sont des pyramides à degrés. La structure de celle de Chichen Itza est une représentation symbolique astronomique de l’année solaire :  sur chaque face de la pyramide, un escalier comporte 91 marches réparties sur 9 degrés. Avec la;  marche d’accès au temple du sommet, cela fait 365 marches ! D’autre part, l’orientation de la pyramide n’est pas non plus due au hasard. Elle est telle que 2 fois par an, aux équinoxes de printemps et d’automne, l’ombre du soleil sur les degrés de la pyramide donne l’impression qu’un serpent descend progressivement du ciel vers la terre puis repart vers le ciel. La tête du serpent est représenté dans la pierre en bas de chacune des rampes des 4 escaliers de la pyramide. Ce phénomène représente la venue de Kukulcan, le serpent à plumes, sur terre.

Malgré la chaleur, malgré la horde des touristes qui envahit le site, on se sent écrasé par le poids de ce monument, le poids de son age, de so histoire. Il est aujourd’hui interdit d’y grimper, pour des raisons de sécurité, à cause des accidents qui s’y sont produits. Quand on se trouve au pied de la pyramide et que l’on regarde vers son sommet, on se trouve face à un véritable mur de pierre.

On imagine la sensation encore plus intense pour qui se trouve au sommet et regarde vers le bas. On imagine les cérémonies anciennes, les prêtres pratiquant le culte dans le temple au sommet de la pyramide, le peuple qui attend sur l’esplanade un signe des dieux. L’accoustique du lieu aussi est magique, le moindre son en bas de la pyramide semble se répercuter à l’infini. Il reste une certaine magie que l’on arrive à esquisser avec un peu d’imagination, en faisant abstraction de l’environnement actuel et de son agitation …

Nous laissons la pyramide, en direction du grand jeu de paume. Une autre plateforme se présente à nous : le temple des jaguars et des aigles (Templo de los jaguares y de los aguilas) . Sur les parois, sont représentés des bas reliefs d’aigles et de jaguars.

sur la façade extérieure du jeu de paume, s’appuie le templo de los jaguares. On peut y voir le trône-jaguar et à l’intérieur des traces de fresques et de peintures.

Nous pénétrons enfin dans l’enceinte du jeu de paume, non sans admiré au passage les belles têtes de serpents qui ornent la plupart des monuments.

 

 

Laisser un commentaire

*