Jour 10 : Tulum

mardi 21 avril 2009 : après avoir profité des installations de l’hôtel Gran Bahia Principe Akumal, nous décidons de quitter le cadre de l’hôtel et d’aller visiter le site de Tulum. Petit déjeuner de bonne heure, histoire d’arriver à l’ouverture du site et d’éviter les foules de touristes. Rendez-vous à l’entrée de l’hôtel sur le bord de la 4 voies pour récupérer un collectivo, ces mini-bus qui passent à intervalles plus ou moins réguliers devant les hôtels et servent de taxis collectifs pour se déplacer à moindre coût. 2 possibilités : arrêter un taxi en bordure de la route ou utiliser ceux présents à l’entrée (qui doivent avoir un accord avec l’hôtel). Malheureusement pour nous, pour ce premier essai, nous avons choisi la 2ème solution. Or, contrairement à ceux qui circulent en bord de route, les collectivos « permanents » ne partent qu’une fois complets. Nous avons donc dû attendre plus d’1/2 heure qu’il y ait les 15 personnes nécessaires au voyage vers Tulum. Durée du voyage : 20 min environ, prix : 20 pesos mexicains par personne et par trajet (mais cela varie en fonction des collectivos, c’est un peu à la « tête du client » !)

Finalement, le collectivo démarre et 20 min plus tard, nous dépose au bout de la rue qui mène aux ruines de Tulum. 10 à 15 min de marche de plus (heureusement, il y a de l’ombre le long du chemin) (on peut aussi prendre une des navettes qui fait le lien entre le bout de la rue et l’entrée du site pour quelques pesos supplémentaires) , nous prenons les billets d’entrée. Il est possible aussi de demander un guide « humain » pour la visite. Nous nous contenterons de nos guides « papier ».

Tulum a cette particularité d’être le seul site maya de la péninsule yucatèque construit en bord de mer. Il surplombe une petite plage magnifique et servait de port à Mayapan pour surveiller les routes d’échange maritimes. Il fut construit vraisemblablement entre 1200 et 1400 même si certains supposent une présence antérieure. Lorsque les conquistadors arrivèrent au XVIè siècle, ils trouvèrent une ville encore très active. Aujourd’hui, il reste des ruines plutôt bien conservées sur un site à taille humaine mais envahie de touristes. Quand nous arrivons à 10h, cela va encore, il n’y a pas trop de monde, mais cela va empirer au cours de la matinée. Heureusement, la situation exceptionnelle du site, la vue sur la mer sont magnifiques et font oublier la foule humaine.

Nous commençons notre visite en traversant le mur d’enceinte, qui servait de rempart à la cité : 4m de haut, 6m d’épaisseur et des postes de garde de temps à autre :

Puis nous nous promenons entre les différents édifices en ruine, en essayant de repérer duquel il s’agit à partir du guide. On commence par la structure 34, qui devait être un temple ou un palais, sur une plateforme surélevée. Puis nous suivons l’allée, en direction du temple des Fresques, en passant d’abord par la structure 25, un ancien palais, dont on peut remarquer le portique qui abrite un oratoire :

Juste après la structure 25, on découvre le Grand Palais :

Nous arrivons ensuite sur le Temple des Fresques, une structure carrée, avec un portique  formée de 4 colonnes et 2 ailes ouvertes par 3 baies. La structure de base a été réhaussé d’un étage, un petit temple. A noter les moulures et sculptures au dessus du portique à colonnes et à l’intérieur du temple inférieur, des restes de décors peints :

En face du Temple des Fresques, la structure 20, la résidence d’un haut dignitaire :

A gauche du Castillo, le Temple du Dieu Descendant, petit sanctuaire perché sur une haute plateforme avec un haut fronton surmontant la porte d’accès au temple :

Nous nous dirigeons ensuite vers la mer en passant à proximité du Castillo : c’est le plus grand édifice de Tulum, côté terre, un large escalier mène au Temple supérieur, côté mer, sa façade domine la mer des Caraïbes au-dessus d’un promontoire rocheux qui surplombe une petite plage de sable blanc :

Nous nous promenons ensuite derrière le Castillo sur la corniche qui surplombe la Mer des Caraïbes et la petite plage de Caleta. Un petit escalier de bois permet de descendre sur le sable. Le paysage qui s’offre à nous est impressionnant et magique, un décor de carte postale à faire rêver pendant des heures : toutes les nuances de bleu et de turquoise de la mer et du ciel, le blanc du sable qui se mélange aux flots bleus, les tâches de vert offertes par quelques palmiers, le gris des pierres des ruines mayas. Même les iguanes contemplent l’horizon, perchés sur les rochers… Tout simplement superbe !

Partout le long de la falaise, s’offrent de magnifiques vues sur les ruines qui dominent la mer, notamment le Castillo et la structure 45, petit temple dédié au vent semble-t-il …

La matinée a passé à toute vitesse, il est plus de midi quand nous quittons le site par la route de l’aller, il fait très chaud. Avant de reprendre le collectivo, petit arrêt dans la structure touristique à l’arrêt des collectivos où nous buvons un verre bien mérité ! petit tour rapide des boutiques sans rien acheter et petite pause devant le spectacle des voladores, ces mayas qui descendent en tournant et en volant le long d’un haut mât auquel ils sont attachés par des rubans. Beau et impressionnant ! retour à l’hôtel par le collectivo, déjeuner au buffet du Coba et après-midi entre plage et piscine…

PS : Il est possible que j’ai fait des erreurs en attribuant mes photos à tel ou tel monument de Tulum (quelques temps après, si j’ai toujours en mémoire la magie du lieu, j’ai un peu oublié la disposition exacte des ruines), si vous constatez une erreur, merci de me la signaler pour que je puisse corriger 😀

Laisser un commentaire

*