Jour 5 : Philae

Mercredi 29 Août 2008

Nous sommes arrivés dans la nuit à Assouan. Assouan, perle du sud égyptien, les eaux bleues du Nil, le vert des îles et des rives, l’ocre du désert, les felouques qui se promènent au gré des courants et des vents. Ambiance magique, impression d’un autre monde et d’un autre temps.

Réveil matinal pour une première balade : visite du temple de Philae.

Pour moi, c’est le plus beau temple d’Egypte, peut être par son histoire (l’île reconstruite pierre à pierre avant sa destruction), sa légende (Isis partant à la recherche des morceaux de son mari, Osiris, démembré par son frère Seth, et qui le ressuscite), son emplacement (le cadre magnifique de l’île). En tous cas, dès l’approche, je me retrouve transporter quelques siècles en arrière.

Le temple est consacré à Isis, la magicienne, qui ressucita Osiris et conçu avec lui, leur fils Horus. Le sanctuaire, commencé au IVème siècle avant JC, mais fut développé sous le règne des derniers pharaons étrangers, les Ptolémées

La traversée

Le temple de Philae se situant sur une île, l’unique moyen de s’y rendre est d’emprunter l’un des petits bateaux à moteurs qui attendent au bout du ponton.

Commencent alors une traversée d’une dizaine de minutes qui permet d’apprécier la vue sur le temple qui se dévoile peu à peu sous nos yeux.

Les pylônes

La voie qui conduit au temple est bordée de 2 portiques aux chapiteaux tous différents.

Les 2 môles du pylône encadrent la porte d’entrée du temple. On y retrouve les scènes de massacre rituel des ennemis

A l’intérieur, l’accès à la cour du temple avec à sa gauche le mammisi où l’on célébrait la naissance d’Horus.

Le 2ème pylône, gravé de scènes d’offrande, accède au pronaos par une volée de marches.

Le pronaos

La salle hypostyle est formée de 8 colonnes qui soutiennent un plafond décoré de vautours dans un ciel étoilé. Cette salle a été transformée en église ultérieurement, comme en témoignent les nombreuses croix gravées au-dessus des hiéroglyphes et l’autel. Autres témoignages de la venue des chrétiens, les visages effacés des représentations divines et pharaoniques.

Le naos

Il s’agit d’un ensemble de 12 chambres, décorées de scènes d’offrandes aux dieux par Pharaon.

Dans le sanctuaire, des scènes religieuses représentent Isis allaitant Horus ou Isis protégeant Horus.

Le kiosque de Trajan

Cet édifice carré, soutenu par 14 colonnes aux chapiteaux variés fut contruit par l’Empereur romain Trajan. C’est un lieu très romantique, qui donne accès à une terrasse, d’où l’on peut admirer la vue sur l’île et le Nil.

La chaleur commence à se faire sentir. Nous faisons une pause bien méritée à la terrasse du café, où nous dégustons un jus de mangue à tomber, à l’ombre des palmiers. Puis nous profitons des quelques instants restants pour refaire un tour des lieux et s’imprégner de l’atmosphère magique qui règne ici malgré le flot de touristes.

Puis, nous retournons à terre, toujours par le bateau en admirant encore une fois l’île si romantique et son temple majestueux et élégant.

Laisser un commentaire

*