Jour 4 : Edfou

Mardi 28 août 2007

Nous avons naviguer toute la nuit et passer l’écluse d’Esna au petit matin. Nous arrivons à Edfou en début de matinée et partons à la découverte de l’un des temples les mieux conservés de la vallée du Nil.

Le temple d’Edfou fut construit entre le 2ème et le siècle avant JC, donc dans la période la plus récente de l’Empire egyptien, sous le règne des Ptolémée, à l’époque où les pharaons venaient des terres étrangères. Néanmoins, il a été construit dans le plus profond respect des traditions egyptiennes et reste un modèle du genre. C’est l’un des rares temples à avoir aussi bien traversé les siècles et sa visite permet de mieux appréhender l’architecture et les secrets des temples égyptiens.

Le temple est dédié au dieu-faucon Horus. Protecteur de Rê qu’il accompagne dans sa course diurne et fils d’Osiris, Horus, le faucon, combattra son oncle, Seth, assassin de son père et triomphera.

Le bus nous dépose à l’endroit autorisé, juste avant le souk touristique, passage obligatoire pour rejoindre l’entrée du temple. Là, tous les vendeurs vous attendent et vous proposent leurs produits artisanaux. Difficile d’y échapper. Puis on arrive enfin dans la cour précédant le pylône.

 

Le pylône

Dernier élément de la construction du temple ( Ptolémée XII – 1er siècle avant JC), haut de 36 m. Sur le linteau, le disque solaire accomplissant sa course diurne accompagné par Horus. Sur la façade, l’emplacement des 4 mâts de fêtes et les scènes sculptées traditionnelles.

La bizarrerie de ce temple est la taille des sculptures encadrant la porte d’entrée : alors que l’on est habitué aux statues colossales vues dans les autres temples, là, la représentation du faucon ne dépasse pas les 2m !!

La cour

Elle précède l’entrée du temple. Sur 3 côtés, des colonnes et des scènes représentant le voyage de la barque sacré d’Horus et le cortège divin.

Sur le mur du fond, l’entrée du pronaos. Une statue d’Horus, là encore de petite taille, taillée dans le granite d’Assouan précède la porte.

 Le pronaos

De la pemière salle hypostyle, on progresse vers le saint des saints. Sur les colonnes, sont sculptées des scènes d’offrandes et sur les murs, des scènes d’adorations divines. Plus on progresse vers le centre sacré du temple, plus la lumière se fait rare.

 

La 2ème salle hypostyle

Plus sombre, il faut essentiellement y voir les scènes illustrant la procession des barques sacrées.

 

La salle des offrandes

Décorées par des scènes d’aliments offerts au dieu, c’était là que les prêtres réalisaient les offrandes au Dieu. De cette salle partent 2 escaliers qui donnent accès à la terrasse. On ne peut accéder à la terrasse même, mais si on peut emprunter les escaliers et y admirer la procession de prêtres et de Dieux qui ornent la montée.

Le naos

Le naos est le sanctuaire qui accueillait la statue sacrée du Dieu. C’est un bloc monolithique de granite noir, haut de 4m.

En avant du naos, on peut voir une reconstitution de la barque sacrée.

Les Chapelles

Tout autour du naos, un couloir dessert 8 chapelles annexes, chacune ayant son propre rôle et étant décorée de scènes sculptées.

Ainsi dans la chapelle de Rê, une scène représente l’allaitement du roi par la déesse Hathor.

Le couloir extérieur

Pris entre l’enceinte extérieure du temple et le mur du pronaos, le couloir extérieur fait le tour du temple sur 3 côtés. Il est entièrement gravé de scènes splendides. Notamment, une représentation du combat rituel d’Horus, dans sa barque, contre Seth, représenté sous la forme d’un petit hippopotame.

 

Retour au bus en réaffrontant la foule des marchands du souk. Le reste de la journée est consacré à la navigation en direction de Kom Ombo. Doucement, au fil du Nil, on observe les paysages : le fleuve, la bande verte de cultures irriguées et au loin l’ocre du désert. On aperçoit aussi des scènes de la vie agricoles, le travail des champs, les vaches (voir page spéciale "Navigation"). On profite aussi de la piscine du bateau, on fait la sieste et on prend le thé sur le pont.

 

Laisser un commentaire

*