Jour 2 : les villages de la rive Ouest

Dimanche 26 août 2007

Premier jour à quai à Louxor. Nous attendons le reste du groupe qui doit arriver dans la journée pour pouvoir faire les visites "officielles". Pour nous occuper, notre guide nous propose en option une balade en dromadaires sur la rive Ouest. Que nous nous empressons de réserver.

nous voilà donc à bord d’une de ces embarcations à moteur colorées qui sillonnent le Nil à Louxor et vous emmènent, moyennant quelques livres égytiennes, d’une rive à l’autre. 10 min de traversée et nous voilà sur la rive Ouest, accueillis comme il se doit (et comme partout ailleurs en Egypte) par des marchands de babioles et souvenirs.

 

Chacun trouve son dromadaire et nous partons à la découverte de la vie quotidienne égyptienne dans la vallée du Nil. Je ne suis pas très à l’aise sur ce genre de véhicule, heureusement que Jo l’est beaucoup plus pour prendre quelques photos.

Cette balade bien sympathique nous conduit d’abord à travers la campagne. Scènes de vie agricole : champs de maïs et de cannes à sucre, palmiers dattiers et bananiers, vieux tracteurs et travail manuel, des ânes et des moutons, quelques vaches. Cela résume assez bien l’agriculture dans la vallée du Nil.

 

Puis nous entrons dans le village. Tout est très calme. Quelques enfants jouent dans la rue avec un vieux pneu de vélo, des ouvriers se reposent devant une maison en chantier, quelques femmes traversent le village. Quelques échopes deci delà : vêtements, boucherie, atelier de mécanique. Et malgré la pauvreté omniprésente et la poussière, la dignité et le sourire des Egyptiens. Tout cela fait très cliché et pourtant, nous avons eu toutes ces scènes sous les yeux au cours de cette promenade. 

 

A la fin de la promenade (2heures environ), notre hôte nous offre le thé et le pain traditionnel pour nous rafraîchir. Il faut dire qu’il fait déjà très chaud en cette fin de matinée, la chaleur, agréable au moment du départ, devient vite étouffante. Ensuite, il nous propose gentiment de visiter sa maison. Comme beaucoup d’autre, elle est toujours en construction. Un chantier permanent que l’on reprend au fur et à mesure et l’agrandissement de la famille. Là haut, nous avons une jolie vue sur la ville.

Puis retour au bâteau. Nous passons l’après-midi au bord de la piscine du bateau. Sur l’eau, la chaleur est beaucoup plus supportable. Dommage qu’à Louxor, il y ait autant de bateaux à quais. Côte à côte, il faut parfois traverser quatre ou cinq bâteaux avant de trouver le sien. Sans compter, que ceux-ci bougent en permanence du fait des arrivées et départs incessants. Et puis, il y a les moteurs qui tournent en permanence, source de bruits, de mauvaises odeurs et de pollution permanente. Dommage que le tourisme galopant est entraîné ces désagréments. Il ya 10 ans, il n’y avait pas autant de bateaux …

 

Fin d’après-midi, balade sur les quais avant de visiter Louxor.

Laisser un commentaire

*